• La barrière récifale

    La barrière récifale    La barrière récifale, d'une largeur de 400 à 500 mètres joue le rôle de brise-lames car elle atténue l'effet de la houle et arrête le transit des sédiments vers le large. C'est la protection du lagon. Côté lagon, la profondeur est de quelques mètres alors qu'elle atteint plusieurs centaines de mètres côté océan, c'est le tombant. Cette barrière est un piège pour les navires se rendant à Nouméa. Ils doivent franchir la barrière par des passes qui ne font que quelques dizaines de mètres. En 1970, le minéralier Ever Prosperity qui bat pavillon llibérien manque la passe de Boulari et s'échoue sur le récif. Le plus étonnant, c'est que 5 ans plus tôt, le même capitaine avait échoué un bateau identique sur la passe de La Foa au nord de Nouméa. Comme Bibi a l'habitude de dire : la première fois, c'est une erreur, la deuxième fois c'est une co....ie ! Pas sûr que l'armateur lui ait redonné du boulot ! L'océan, quant à lui, patiemment, digère la ferraille qui a déjà diminué de moitié depuis son échouage.

    « Vue du ciel : le lagonLe phare Amédée »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Pierre Panarotto
    Lundi 25 Juin 2012 à 21:47

    Salut René,

    suite à un jumelage entre les marins d'Agde et ceux de Moyeuvre, j'ai eu l'occasion d'aller voir Violette et Albert. Et c'est elle qui m'a donné l'adresse de ton  blog. Je vois que toi et ton épouse, profitez de votre long séjour.

    Je vous fais toutes mes amitiés bonne continuation.

    Pierrot

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :